CONVERSATIONS SYNODALES - FPCR CANADA 
Les membres de Femmes prêtres catholiques romaines (FPCR) Canada se sont réunies pour deux sessions intensives. Ce qui suit est une synthèse des thèmes abordés.

Thème 1 : Compagnes et compagnons de voyage

Selon notre expérience, il est impossible de cheminer ensemble avec les dirigeants actuels de l'Église alors que toutes les personnes baptisées dans l'Église catholique romaine ne sont pas considérées comme étant égales. En fait, nous craignons que toute idée qui va à l'encontre de l'enseignement actuel de l'Église soit ignorée ou retranchée de cette présentation.  Par conséquent, nous souhaitons rappeler aux personnes recevant ce message que la doctrine de l'Église évolue (par exemple, l'esclavage, le paiement d'intérêts, etc.). Nous, membres de FPCR Canada, nous sommes profondément conscientes d'être marginalisées, voire criminalisées (voir CIC 83, c. 1379) parce que nous défendons l'accès de tous les membres du Peuple de Dieu aux ministères de l'Église, y compris les ministères ordonnés.

Thème 2 : Écouter

Nous avons pris le temps d'écouter la douleur et les blessures de nombreux catholiques. Nous avons entendu des histoires d'exploitation, de harcèlement, d'abus spirituel et sexuel de la part du clergé. Nous avons écouté des personnes raconter qu'elles ont perdu leur foi en l'Église, voire même en Dieu, à cause de la façon dont elles ont été traitées. Le processus synodal nous invite à parler avec courage, liberté, vérité et charité. Cependant, nous craignons qu'une fois de plus, nos voix ne soient pas entendues par d'autres dans l'Église, y compris, et c'est important, par la hiérarchie actuelle de l'Église catholique romaine. 

Thème 3 : S'exprimer

Nous croyons en une Église où toutes les voix doivent être entendues, où l'Esprit peut parler à l'Église tout entière par l'intermédiaire du plus humble au plus érudit, jeune ou âgé.  Nous croyons que par notre baptême, nous sommes appelés à être prophètes et que, par conséquent,  nous devons partager les dons que nous avons reçus de Dieu.  Et, nous sommes tous et toutes appelés à nous lever pour dénoncer ce qui ne va pas et ce qui doit changer. 

Guidés par l'Esprit, nous utilisons un langage inclusif pour nommer Dieu, un changement qui nous semble primordial. Une personne de notre groupe l'a exprimé ainsi : "Dieu n'est pas un nom de garçon". Parce que nous voulons vraiment être présence de Dieu à/pour/avec les uns les autres, il est prioritaire pour nous de voir le Christ incarné dans les autres, comme des personnes ayant des histoires à partager. Les membres de la communauté qui s'identifient comme 2SLGBTQI, ou dont s’identifient ainsi certains amis ou membres de leur famille, sont exclus de l'Église catholique romaine. Nos communautés rapportent que de nombreuses personnes ont rejeté l'église pour cette raison.

En tant que membres de FPCR Canada, à l’instar des peuples autochtones, nous utilisons de plus en plus les mots "Créateur" ou "Source de tout ce qui existe" plutôt que "Père". Nous nous rappelons que le Divin est Mystère et que, par conséquent, il ne devrait pas être restreint à un seul mot qui soit toujours représenté par des pronoms masculins - comme c'est le cas dans le Missel romain actuel.

Thème 4 : Célébration

Nous avons entendu les voix de tant de personnes qui ont quitté l'Église parce que l'Évangile n'a pas été prêché avec précision ni efficacité. Des textes ont été sélectionnés pour manipuler les croyances et les comportements. On a entendu l’expression "utilisé comme arme" en référence au processus actuel de sélection. En tant que membres de FPCR Canada, nous choisissons d'utiliser une variété de traductions pour mieux communiquer la Parole de Dieu au Peuple de Dieu. Nous avons examiné les documents de Vatican II car ils posent les fondements pour des changements qui étaient considérés comme hérétiques, dix ans avant le Concile. Nous nous réjouissons que nos liturgies se déroulent dans la langue du peuple et soient plus participatives – y compris les homélies partagées. Nos célébrations, l'Eucharistie en particulier, expriment une théologie évolutive qui s'éloigne du sacrifice et de l'expiation pour s’orienter vers l'action de grâce – des célébrations qui nourrissent l'espérance et insufflent la joie. Nos célébrations sacramentelles sont vivifiantes et non culpabilisantes.  Nos célébrations sacramentelles permettent à l'Esprit de circuler en et par chaque personne.  Nos célébrations sacramentelles nous habilitent à proclamer la bonté de Dieu par des vies inspirées de l'Évangile.

Thème 5 : Partager la responsabilité de notre mission commune

Tout comme nos célébrations doivent être vivifiantes, elles doivent être aussi au service de la mission de l'Église, dans nos propres vies, ici et maintenant. Notre modèle de prêtrise est un modèle de leadership de service, où la pratique de la responsabilité et de la collégialité nous permet de faire appel aux dons des membres de la communauté, de les habiliter à faire l'expérience de Dieu et de quitter nos rassemblements en étant bien décidés de faire une différence dans le monde. 

Thème 6 : Le dialogue dans l'Église et la société

On nous demande d'être persévérants et patients ; on nous invite au dialogue afin de promouvoir la compréhension mutuelle. Notre expérience nous a appris qu'il ne peut y avoir de dialogue sans transparence et sans responsabilité. Cela n'a de sens que si nos dirigeants s'engagent dans une écoute active – un dialogue réel et respectueux – et qu’ils acceptent les changements qu’ils concrétiseront par la suite. 

Toute personne qui s'engage dans un synode est appelée à sortir de sa propre zone de confort. Cela signifie s'éloigner des plateformes patriarcales et respecter les droits humains fondamentaux de toute personne. Sinon, l'autorité morale de l'Église restera telle qu'elle est – presque perdue aujourd'hui.

Si nous, l'Église, voulons survivre, nous devons atteindre les jeunes populations désaffectées et désintéressées qui éprouvent une aversion envers l'Église, en grande partie parce que l'enseignement moral de l'Église est axé sur une compréhension augustinienne désuète et obsolète de la sexualité comme étant intrinsèquement péché, plutôt que d'honorer la sexualité comme étant un don de Dieu et une partie naturelle de l'existence humaine.

Thème 7 : Œcuménisme

Certaines participantes estiment que le dialogue – que ce soit entre et parmi les catholiques romains, les chrétiens d'autres confessions, les croyants de traditions religieuses non chrétiennes ou les personnes qui n'ont aucune croyance religieuse – n’a guère sa place dans ce processus synodal, si ce n'est pour exprimer le respect de la dignité humaine et de la liberté de conscience pour toute personne.  Elles suggèrent que le Synode commence par écouter activement les personnes qui ont quitté les rangs de l’Église catholique romaine parce qu'elles ont trouvé ailleurs un foyer spirituel qui soit davantage porteur de vie.

Thème 8 : Autorité et participation

Nous rêvons d’une église synodale participative et co-responsable, véritablement inclusive, collégiale et sans jugement.  Nous estimons que cela ne sera pas possible tant que toutes nos voix ne seront pas entendues par le biais d'un vote.  En d'autres termes, l'église doit se défaire non seulement du patriarcat mais aussi du cléricalisme. Nous avons noté les paroles du Pape François au sujet du cléricalisme qui est une perversion du sacerdoce et dont la rigidité est une manifestation.

Nous avons considéré la futilité et, en fait, les dangers du célibat imposé aux prêtres, ainsi que le mal qu'il a fait aux individus et aux communautés.

Nous ne comprenons pas que l'accès des femmes au diaconat soit remis et que la prêtrise leur soit refusée. Qui plus est, même la discussion sur ce dernier sujet n'est pas autorisée. Nous considérons cela comme un abus d'autorité. L'Église ne nous invite pas à utiliser nos dons pour proclamer et établir le Règne de Dieu. Nous sommes convaincues que les dirigeants de l'Église n'écoutent pas l'Esprit qui parle par le biais des études bibliques et théologiques actuelles.

Thème 9 : Discerner et décider

Nous espérons que la hiérarchie romaine dénoncera ouvertement le cléricalisme et s’éloignera du patriarcat, pour se diriger vers une église véritablement synodale. Nous osons rêver que les décisions seront prises après avoir discerné ce que l’Esprit-Saint communique par toute la communauté. Les participantes expriment à plusieurs reprises le souhait que les dirigeants de notre Église adoptent une façon d'écouter qui soit attentive, respectueuse et ouverte aux voix de tous et de toutes.  Plusieurs estiment que l'Église synodale doit également se repentir de l'abus spirituel qui a été causé en empêchant la majorité des baptisés de vivre dans la Vérité.

Thème 10 : Se former à la synodalité

La synodalité se fera par étapes, ce qui nécessite une réceptivité au changement, une formation et un apprentissage continu. Cela exige que l’on s’ouvre au renouvellement de nos croyances, de notre façon de prier et de notre façon de vivre la justice. Cela signifie ouvrir nos cœurs et nos esprits à l'Esprit et à sa Sagesse, en ayant confiance que tout peut être renouvelé pour la plus grande gloire de Dieu.   

Respectueusement soumis au nom de FPCR Canada
+Jane Kryzanowski, Évêque

photina61@gmail.com



                                                                                                        
   

Home ©2022 RCWP Canada